Back to Top

TECHNIQUES DE CUEILLETTE

EQUIPEMENT

Les vêtements :

  • L’équipement vestimentaire a son importance. Avec des vêtements au tissage serré, vous ne craindrez pas de traverser les passages difficiles et de bonnes chaussures montantes - ou des bottes de caoutchouc par temps humide -protègeront efficacement vos chevilles. Il est conseillé porter des vêtements de couleur voyante, jaune ou orange de préférence, en période de chasse, et d'avoir sur soi un sifflet.

Le matériel :

  • Un panier en osier à fond plat est le contenant idéal. Le fond recouvert de mousse protègera votre récolte des chocs dus à la marche en terrain accidenté et des feuilles de fougères pourront servir de cloisons pour isoler les espèces douteuses ou les spécimens à déterminer. Une petite boîte en plastique rigide vous permettra de ramener à bon port les champignons les plus fragiles. Bannissez absolument tout contenant souple et tout spécialement les sacs en plastique qui induiraient une fermentation rapide de votre récolte

  • Un couteau, bien affûté doit être de préférence attaché à la ceinture avec une cordelette pour éviter de l’oublier sur un lieu de cueillette. Ne le portez pas ouvert à la main lors de vos déplacements, une chute pouvant alors occasionner une blessure.

  • Une loupe peut s’avérer utile si vous désirez examiner vos trouvailles sur place. Portez-là en sautoir, elle sera toujours disponible.

  • Une canne ou un bâton de marche peut également vous aider à écarter la végétation et faciliter votre progression à travers bois.

  • Un sifflet ou une corne de chasse trouvera son utilité si l’un de vos compagnons de sortie s’égare ou si vous-même êtes dans l’obligation d’appeler à l’aide.

 

 

Technique de ramassage - mycobota-caladois

 cueillette technique mycobota-caladois

 panier de champignon - mycobota-caladois

CUEILLETTE ALIMENTAIRE

 

  • 126774818 season nature and leisure concept close up of woman hands holding chanterelles mushrooms in forestMorchellaAvertissement :Ne ramassez que les espèces que vous êtes absolument certains de bien connaître, des spécimens adultes en bon état de fraîcheur, et en quantité raisonnable (n’oubliez-pas que dans certaines régions la récolte est réglementée, voire interdite). Au moindre doute, adressez-vous à un mycologue averti ou à votre pharmacien.

  • Eliminez sans regrets les éléments présentant des traces de pourriture, véreux ou gelés, ainsi que ceux trop jeunes dont la détermination serait incertaine et pourrait conduire à des confusions avec des espèces toxiques.

 

  • Débarrassez immédiatement vos champignons des débris végétaux, limaces, insectes, ainsi que de la terre qui s’y est attachée, raccourcissez les pieds et déposez-les soigneusement dans votre panier et séparant les espèces les plus fragiles. 

 

  • Dès votre retour, examinez à nouveau votre cueillette afin d’éliminer un exemplaire douteux qui aurait échappé à votre vigilance (la lumière n’étant pas toujours idéale sous les arbres). Essuyez soigneusement vos champignons avec un torchon pour les débarrasser de toute salissure (vous pouvez aussi utiliser une petite brosse ou un pinceau). Si vous devez absolument les laver, faites-le sous un filet d’eau. Ne les laissez en aucun cas séjourner dans l’eau ce qui leur ôterait une grande partie de leurs qualités gustatives, et cuisinez-les au plus tôt.

 

Craterellus cornucopioides 3Craterellus cornucopioides

 

bouton recette

CUEILLETTE POUR ETUDE

  • Pour pouvoir être déterminé dans des conditions optimales, un champignon doit être là aussi un spécimen adulte et en bon état. Aucun élément ne doit manquer, aussi, cueillez-le entier en prenant soin de bien déterrer le pied. S’il pousse sur un support autre que la terre, ramassez-le également (feuille, pomme de pin, bois mort, etc…) Deux ou trois exemplaires peuvent être utiles pour comparer leurs signes distinctifs, certains d’entre eux étant assez éphémères (anneau, volve, cortine par exemple).

  • Prenez soin de noter quelles essences d’arbres poussent à proximité, certaines variétés étant mycorhyziques, c’est-à-dire associées à une plante ou un arbre donné. Une photo dans son environnement peut être intéressante. Dans ce cas, prenez un deuxième exemplaire que vous présenterez à l’envers à proximité du premier afin d’avoir sur le même document tous les éléments du champignon.

  • Il est bien sûr impératif de les transporter avec le plus grand soin afin de ne pas altérer leurs critères morphologiques.

  • La détermination se fera à l’aide d’ouvrages spécialisés, une photographie n’est en aucun cas suffisante, la loupe et si possible le microscope seront alors des éléments déterminants.

image mycobota14Daedaleopsis

 image mycobota15Hypholoma capnoides

 

 

bouton ouvrages biblio